HORTENSE LE ROY, Marketing Manager, Moema Espresso Republic

En Allemagne, au travail, il faut gagner la confiance des autres : il faut faire ses preuves !

 

Un stage en packaging chez Guerlain dés la première année à ONIRIS ? Une troisième année à AgroParisTech pour se spécialiser en marketing ? Un stage de fin d'étude chez Carrefour en marketing ? Suivre un master à l'ESCP ? 

Marketing Manager à Berlin pour une entreprise qui importe du café brésilien ?

2010 - 2013
Etudiant, ONIRIS

2012 - 2013

Etudiant, AgroParisTech​

Février 2011 - Mars 2011

Stage opérateur, Guerlain​

Février 2012 - Mars 2012

Chargée d'études junior, LH2​

Mars 2013 - Aout 2013

Stagiaire Category Manager, Carrefour​

2013 - 2014

Category Manager, Carrefour​

Juillet 2015 - Septembre 2015

Marketing & Sales, Moema Espresso Republic​, Berlin

Novembre 2015 - Aujourd'hui

Marketing Manager, Moema Espresso Republic, Berlin

Vous choisissez de partir à ONIRIS à Nantes et dès vos stages de première et deuxième année, vous chercher à approcher les métiers du marketing, racontez-nous.

 

J’ai suivi une classe prépa à Lyon. Après avoir passé le concours, j’avais le choix entre partir à Nantes et à Agro Paris Tech. J’ai choisi d'aller à Nantes. J’étais assez impliquée dans la vie associative, j’étais dans le BDE et au bureau international. J’ai aussi participé à la Junior Entreprise pendant 1 an.

 

J’ai effectué mon stage de première année à Chartes en packaging chez Guerlain au niveau des cosmétiques. Mon stage de 2ème année était axé marketing dans un cabinet d’études de marché pour l’alimentaire et les cosmétiques à Paris. En deux mois, j’ai tout juste eu le temps d’assurer une étude du début à la fin. Par exemple, nous avions L’Oréal come client. Ils voulaient lancer un nouveau shampoing, il a fallu élaborer un questionnaire et réaliser toutes les études. J’étais au niveau du département quantitatif dans lequel nous nous occupions de tout ce qui concernait les questionnaires : analyser les résultats, et les présenter. Ces questionnaires servent plus pour confirmer le lancement d’un produit. Ce n’est pas quelque chose dans lequel je me voyais travailler toute ma vie mais c’était très intéressant comme expérience !

 

 

Après un Erasmus en Allemagne, pourquoi avez-vous choisi de réaliser votre dernière année de formation à AgroParisTech ? Toujours dans la veine du marketing, qu'avez-vous fait pour votre stage de fin d’étude ?

 

En deuxième année, je suis partie en Erasmus à Berlin. Tous les cours étaient en allemand, ce qui m’a permis de progresser. En troisième année, de retour en France, j’ai choisi d’intégrer AgroParisTech pour compléter ma formation. Je me suis spécialisée en marketing et management de l’innovation alimentaire et j’ai beaucoup appris !

 

J’ai réalisé mon stage de fin d’étude chez Carrefour. Je pouvais également aller chez Elior, mais il y avait peu de possibilités d’embauche à la fin du stage. Chez Carrefour, j’ai eu la chance d’avoir un très bon maitre de stage. J’ai travaillé dans la catégorie « condiments » où il y avait quatre chefs de produits, deux managers marketing et un négociateur en marque nationale. Je travaillais avec les deux managers marketing, l’un s’occupait des hypermarchés et l’autre des supermarchés et du commerce de proximité. Nous étions en contact avec toutes les marques.

 

A la fin de votre stage, Carrefour vous propose un poste de Category manager, pouvez-vous nous décrire vos différentes missions ?

 

C’était un remplacement pour départ en congé maternité. Je l’ai débuté dès juillet et j’étais ravie d’avoir des responsabilités. Pendant l’été (la plus chargée des périodes) nous rencontrions tous les fournisseurs. Cela nous permettait d’établir notre stratégie. Je me suis occupée pour toute la France des petits magasins et des supermarchés.

 

Ma mission de l’époque peut se décrire grâce aux « 4 P » du marketing :

  • Produit : définir l’assortiment dans la catégorie produits (mettre en place des nouveaux, définir ceux qu’il faut enlever)

  • Place : le marchandising, c’est-à-dire organiser les rayons

  • Promotion : gérer tous les catalogues de promotions toutes les semaines. Un calendrier défini par l’entreprise, dans lequel se succédaient plusieurs thèmes. L’assortiment est identique d’une année sur l’autre, le planning l’est aussi : notre travail est de les optimiser.

  • Prix : déterminer avec les fournisseurs des nouveaux produits à intégrer.

 

J’ai effectué 6 mois de stage dans cette entreprise et un peu moins d’un an de CDD.

 

 

Vous décidez de suivre un master a l’ESCP, quels en étaient les avantages et qu'avez-vous appris ?

J’ai regardé les écoles qui existaient à Berlin, et c’est ainsi que j’ai trouvé l’ESCP. J’ai remarqué le « Master Union European Business », un master d’un an. J’ai postulé et j’ai été prise après une journée de sélection qui est plus facile que pour HEC ou ESSEC. Le cout de cette formation d’un an est de 18 000 €, sans compter le coût de la vie : ce choix nécessite un vrai investissement. Le master était tourné vers l’Europe, j’ai donc eu l’opportunité de partir un semestre à Londres et un autre à Berlin.

 

A Londres, les cours portaient sur la finance, le business, l’économie et un peu de droit, j’ai particulièrement beaucoup appris en finance et j’ai progressé en anglais. Mon second semestre s’est déroulé à Berlin où les cours magistraux étaient en anglais. Il y avait une très bonne ambiance.

 

Le dernier mois du semestre, nous devions mener un projet que j’ai réalisé chez Moema, une entreprise de café spécialisée dans le commerce équitable direct et celui-ci a conduit à une proposition d’embauche.

 

 

Vous êtes actuellement marketing manager chez Moema, pouvez-vous nous en dire plus sur cette entreprise ?

 

Moema importe du café du Brésil, tout est fait sur place : la récolte, la torréfaction et le packaging avant d’être exporté à Hambourg et Berlin. L’entreprise a été créée il y 10 ans, mais ce ne fait que quatre années que sa croissance est positive, lever des fonds est la préoccupation du moment. De très gros investissements ont été faits au Brésil pour le lancement de l’activité.

 

Pour se développer, la stratégie a été de se focaliser sur les ventes (plus que sur le marketing) : vente en ligne et distribution directe. Maintenant que l’entreprise est en croissance, le marketing commence à prendre une place plus importante. Je suis d’ailleurs la première marketing manager de l’entreprise ! Nous faisons principalement de la vente en ligne et en B to B (Nous avons beaucoup de restaurants, de coffee shop) mais l’entreprise s’est ouverte au B to C depuis 3 ans.

 

Quelles sont vos missions en tant que marketing manager ? Aimez-vous le travail en Allemagne ? Quelles sont vos aspirations futures ?

 

J’en mène plusieurs : développer une nouvelle marque de produits, organiser des salons, faire connaître la marque en ligne... Je définis tous les projets que je souhaite faire et je les gère ensuite de A à Z. J’apprends au fur et à mesure. Mon patron contrôle beaucoup, il veut être au courant de tout ce qui se passe.

 

En Allemagne, au travail, il faut gagner la confiance des autres : il faut faire ses preuves. Je réinvesti ce que j’ai appris à Carrefour : gérer les évènements, cadrer une équipe, savoir me comporter avec les collègues.

Actuellement, j’ai un CDD de 3 ans dans cette entreprise.  Après ce contrat, je pense que je repartirais dans la distribution, car être responsable de plusieurs produits me plaît beaucoup.

ONIRIS - marketing - Carrefour - master ESCP - Berlin - category manager - Guerlain - cabinet d'études de marché - Erasmus - MEAL

Laissez un commentaire

Contactez-la

  • LinkedIn Social Icon